ACCUEIL | NOUS JOINDRE

11 août 2019


LE RÉSEAU POUR UNE ALIMENTATION DURABLE ACCUEILLE LE RAPPORT DU GIEC SUR L’UTILISATION DES TERRES DANS UN CONTEXTE DE RÉCHAUFFEMENT GLOBAL






MONTRÉAL - 8 août 2019 - Le Réseau pour une alimentation durable salue la publication du nouveau rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, intitulé « Changements climatiques et terres, rapport spécial sur le changement climatique, la désertification, la dégradation des terres, la gestion durable des sols, la sécurité alimentaire, et les flux de gaz à effet de serre dans les écosystèmes terrestres ». Cela s'appuie sur le rapport de la Commission EAT-Lancet publié plus tôt cette année, selon lequel « l'alimentation est le levier le plus puissant pour optimiser la durabilité de la santé humaine et de l'environnement sur la planète. »

Le Réseau pour une alimentation durable plaide depuis plus de 18 ans pour un système alimentaire sain, juste et durable. « Le rapport affirme qu'il s'agit d'une refonte urgente et radicale de notre production et de l'amélioration de la sécurité alimentaire », a déclaré la directrice générale du Réseau pour une alimentation durable, Gisele Yasmeen.

De plus, elle souligne « que le rapport fournit des recommandations de politique générale pour que le monde adopte des pratiques durables en matière d'utilisation et de gestion des terres, de régimes alimentaires sains et durables, et s’engage à lutter contre l'insécurité alimentaire par le biais de la diminution de la pauvreté ». Nous reconnaissons que la transition vers un système alimentaire plus durable au Canada nécessitera un soutien, en particulier pour les petits producteurs et transformateurs d'aliments qui sont au centre du système alimentaire et agricole canadien », a-t-elle expliqué.

Le rapport, rédigé par de grands scientifiques du Nord et du Sud, met en relief le rôle qui existe entre le système alimentaire mondial actuel et les émissions de gaz à effet de serre. Les scientifiques ont souligné que le changement climatique affectait les quatre piliers de la sécurité alimentaire, notamment la disponibilité, l'accès, l'utilisation et la stabilité. Il a également fait appel aux connaissances autochtones et locales dans le cadre de l'analyse.

« Ce rapport a clairement démontré que les changements climatiques avaient déjà eu des effets dévastateurs. Les décisions stratégiques et les mesures que nous prenons aujourd'hui, au Canada et dans le monde, sont plus importantes que jamais. La prise de décision nécessite une politique judicieuse, intégrée et réactive impliquant les peuples autochtones et les personnes les plus touchées par les changements climatiques », a déclaré Melana Roberts, présidente du conseil d'administration du Réseau pour une alimentation durable. « Un ferme engagement en faveur de la mise en œuvre réussie de la nouvelle Politique alimentaire pour le Canada et de la stratégie de saine alimentation associée, ainsi qu’une attention accrue portée à la biodiversité, à la santé des sols et à la protection de notre eau pourraient contribuer à catapulter la contribution du Canada à ce défi urgent », a-t-elle ajouté.

Construire un meilleur avenir alimentaire nécessitera des changements continus dans la politique canadienne. Le Réseau pour une alimentation durable, ainsi que nos partenaires et alliés, s'est engagé à faire adopter les politiques, programmes et objectifs nécessaires qui lèveront véritablement la barre, créant ainsi un système alimentaire plus juste, sain et durable pour tous.


Bookmark and Share
 
 

Copyright © 2008-18
LE MONDE AGRICOLE.CA
Propriété de la Société d'Agriculture de Richelieu
Tous droits réservés.