ACCUEIL | NOUS JOINDRE

15 mai 2018

Investissement de 500 000 $ à la Ferme Jean Yves Gamelin
400 personnes ont participé à l’évènement Portes ouvertes

Sylvain Lavoie, sa femme Nathalie Gamelin, leur fils Étienne et le patriarche Jean-Yves Gamelin





Un événement portes-ouvertes couronné de succès. Dimanche dernier, quelque 400 personnes ont pris la peine de se déplacer pour visiter la Ferme Jean-Yves Gamelin de Pierreville.
 
 En arrivant sur le rang Chenal Tardif, à Pierreville, on peut apercevoir au loin les trois nouvelles serres d’une grandeur impressionnante totale de 30 000 pieds carrés et d’une hauteur de 16 pieds.
 
 À l’intérieur, les gens remarquent de gros tuyaux en staineless et Etienne, le petite-fils de Jean-Yves, le fondateur, me montre l’ordinateur qui contrôle la température, la chaleur et l’humidité des serres.
 
 « Nous avons investi plus de 500 000 $ dans ce projet parce que nos enfants Véronique et Étienne ont décidé de prendre la relève », explique Sylvain Lavoie.
 
 3000 pieds de fraises !
 
 Dans la première serre, on compte 3 000 pieds carrés de fraises ou 4000 plants! Sous nos yeux, les fruits descendent en grappe. Le goût de ces belles fraises juteuses ? Incomparable.
 
 La serre de tomates impressionne aussi le visiteur. Elles apparaissent à perte de vue. Petites, rouges, roses, oranges et des énormes. Toutes ont ce goût sucré et juteux. Dans la serre de poivrons, l’odeur des légumes nous donne envie d’en manger un frais.
 
Précurseur

Le père de Nathalie Gamelin, Jean-Yves a été l’un des premiers à construire une serre dans les années 70. Puis, Sylvain Lavoie (le mari de Nathalie) en ont érigé plus tard dans les années 87 et 89.
 
 Digne de la Hollande
 
 Ce nouveau complexe de serres, érigées à la fine pointe de la technologie, est comparable à d’autres situées en Ontario et aux États-Unis et même en Hollande, estime Sylvain Lavoie. Celui-ci est fier de mentionner que ce projet a été réalisé avec des entrepreneurs québécois dont Damatex qui a conçu l’automatisation, Industries Harnois (structures de serres), etc.
 Soucieuse de l’environnement, la ferme Gamelin a recours au chauffage aux granules de bois. De plus, il n’y a aucun pesticide dans les serres.
 
 La relève
 
 Étienne Gamelin a étudié à l’ITA (Institut de agro-technologie alimentaire) à Saint-Hyacinthe. Il a proposé comme projet d’étude, la construction de ces serres qui permettront d’assurer la pérennité de l’entreprise.
 Après l’avoir proposé sur papier, il voit enfin le fruit de ses efforts. « Je ressens un beau sentiment d’accomplissement et de réalisation de soi », a-t-il confié en entrevue avec un grand sourire rempli de fierté.
 
 Les gens peuvent se rendre à la Ferme Jean-Yves Gamelin. Au comptoir, on y trouve de nouvelles betteraves longilignes, des fraises fraîches de la serre, des poivrons, tomates et des fleurs qui enjoliveront nos plates-bandes. 

Un aperçu des serres de fleurs et de légumes.

Impressionnant de voir toutes ces fraises qui totalisent 4000 plants! Crédit : Annie Bourque

Les serres de fraises, de tomates et de fleurs et légumes sont entièrement automatisées. On voit Étienne Lavoie en train de régler la température. Crédit : Annie Bourque

Le fondateur Jean-Yves Gamelin, 79 ans, travaille encore à la ferme. On le voit en compagnie de son petit-fils Étienne, 22 ans. Crédit : Annie Bourque

Bookmark and Share
 

----- Publicité -----

----- Publicité -----

 

Copyright © 2008-18
LE MONDE AGRICOLE.CA
Une filiale des Productions Kapricom
Tous droits réservés.